Chapitre 9 : PKN 907 – Partie II et fin

Pour notre première fête de la musique, on a vu les choses en grand avec 4 prestations réparties sur 2 jours.
On entame les hostilités le 20 juin au soir, au Gil Bar, place du Marché, sous une pluie torrentielle. On se bricole donc un abri de fortune en reliant quelques parasols par des pinces à linge… et malgré la pluie, le public est nombreux et très enthousiaste. Ca a été un de nos meilleurs concerts, bien que Chris et moi, les deux plus grands du groupe, nous prenions régulièrement des douches : l’eau s’accumulait dans les rigoles entre les parasols, et chaque fois que l’un ou l’autre heurtait les parasols de la tête, c’était un mini-déluge.

Un des très rares morceaux où j’utilise la technique du slap (que je n’aime pas et ne pratique donc que très peu).

C’est en finissant le concert qu’on s’est rendu compte que ça aurait pu très mal se terminer : les multiprises baignaient dans la flotte !
Et j’ai fini cette soirée à 4 h du matin en nettoyant scrupuleusement les guitares et les multi-effets, pour être sûr que tout fonctionnerait bien pour la suite.

Retour au Gil Bar le 21 en début d’après-midi sous un soleil timide : le public est moins énergique que la veille au soir et on a un peu de mal à se remettre dans le bain.
A 15 h, on remballe tout dans les voitures pour aller jouer au Montierneuf, encore une fois invités par Syrinx. Mais les places sont chères, on arrive en retard… Pas le temps de faire de balance et l’estrade qui fait office de scène est minuscule. On s’y case tant bien que mal et on repart dès la fin du set pour la dernière prestation de la journée, en face du Prince Noir.
L’endroit est très passant, le public est bien sympa, on réserve donc l’endroit pour l’année prochaine… en espérant que Stéphane pourra être de retour parmi nous.

PKN907 live. Photo prise je ne sais plus où, peut-être au Confort Moderne ou ailleurs.

En effet, il part fin juin pour effectuer son service militaire en Corse.
Sans batteur pour un moment, on finit par poser des petites annonces… et on trouve Christelle, qui a l’air toute fine et délicate comme ça, mais a une frappe de bûcheronne sur ses fûts !
Elle reste quelques mois avec nous, le temps d’apprendre les morceaux et de faire quelques concerts.

A la même époque, je travaille sur une série de dessins pour des t-shirts (projet qui restera inachevé) et je propose l’un de ces dessins comme mascotte du groupe.

La mascotte de PKN907 – Vous pouvez la retrouver sur ma boutique RedBubble

On la retrouvera donc régulièrement sur les affiches précédent nos concerts, affiches que nous partions poser dans les rues de Poitiers, en mode « commando », armés d’un seau de colle artisanale et d’une brosse.

Une des affiches de concert de l’époque.

Courant octobre, je prends un café avec une amie à la cafétéria d’un centre commercial et, en discutant avec le serveur, celui-ci nous apprend que la cafétéria va fêter ses 10 ans en novembre et que le directeur recherche un groupe.
Ni une ni deux, j’y vais au culot et propose PKN.

Problème : JP n’est pas du tout emballé par le projet. Je lui propose d’accepter si j’arrive à doubler la rémunération. Suite à son accord, je rappelle le directeur de la cafétéria (avec des arguments qui me semblaient tenir la route à l’époque, mais me semblent aujourd’hui bien légers), parlant de défraiement, de location de sono et autres supposés frais. Et il accepte donc de doubler notre cachet !

On a donc 3 dates rémunérées pour animer la cafétéria durant la semaine d’anniversaire. Mais évidemment, notre style de musique est peut-être un peu trop énergique pour l’endroit.
Pour les deux premières dates, on baisse le son et le tempo, on rajoute des reprises calmes, on essaie de temporiser.
Mais pour la dernière, on se lâche : tous nos morceaux dans leur forme d’origine et 2 reprises de Noir Désir (Comme elle vient et Un homme pressé) à plein volume !

A noter que, pour pouvoir effectuer ces dates, on a dû, pour encaisser nos gains de façon légale, créer une association loi 1901, nommée « La banane dans l’oreille » en référence à une blague stupide et abrégée en LBDO. On en reparlera plus tard.

On enchaîne avec un concert à Bel-Air (Rockabelair), bonne expérience qui nous permettra de faire connaissance avec quelques autres groupes, dont Cracoucass, avec qui le courant passe très bien et dont le style de musique est un peu similaire au nôtre.

Le flyer du concert Rockabelair. Et oui, on a piqué notre slogan à France Télécom, qui, en 97, répétait “Nous allons vous faire aimer l’an 2000”. Par contre, une fois de plus, c’est “fun rock” qu’il fallait lire et non “funk-rock” !

C’est après ce concert que Christelle, plus à l’aise en jazz et funk qu’en rock, préfère ne pas continuer l’expérience et PKN se retrouve donc momentanément sans batteur.

Live à Rockabelair.

Chris et moi profitons donc du manque d’activité de PKN pour concrétiser 2 projets (qui feront l’objet des chapitres suivants).

On continue quand même à répéter dans l’optique du retour de Stéphane et on parvient à assurer quelques concerts, donc le premier (et unique à ce jour) festival de Mignaloux, organisé par notre association.
C’est Gaël, le batteur de Deezaïn (voir chapitre suivant) qui assurera l’intérim avec beaucoup d’aisance, puisque Stéphane est toujours au service militaire.

La seule (!) photo de PKN907 au Festival de Mignaloux-Beauvoir.

Et puis, en juin 1998, Stéphane revient quelques jours avant la fête de la musique, juste assez tôt pour répéter et apprendre l’unique nouveau morceau composé en son absence, prémonitoirement nommé « Dissolution ».

Cette année-là, nous jouerons uniquement devant le Prince Noir, alternant les sets avec nos potes de Cracoucass qui nous prêtent gentiment leur petite sono et quelques lumières.
Nous nous sommes arrangés pour que les restaurants juste à côté nous fournissent les repas et pour que le Prince Noir nous fournisse les bières.

Liste du matériel de PKN907 et Cracoucass et répartition dans les voitures pour la Fête de la Musique 1998.

Ce carrefour, au croisement de 4 rues piétonnes, est évidemment pas mal fréquenté, et le public ne tarde pas à s’étoffer, au point que les rues adjacentes sont bouchées.
On alterne les sets avec Cracoucass jusqu’au soir, avant de remballer, tout en discutant des possibilités de répètes pour cet été.

Note concernant Dissolution : je ne sais plus où a été enregistrée cette version. Sans doute à Rockabelair ou au Festival de Mignaloux, mais en tout cas, pas au Confort Moderne (le son est différent), ni avec Stéphane (la frappe à la batterie est différente également).

C’est à ce moment-là que JP nous annonce qu’il ne continuera pas l’aventure : il aime beaucoup chanter et composer, le groupe lui convient bien, mais sa passion, c’est le théâtre et il part dans une autre région pour poursuivre ses études dans cette voie.
C’est donc la fin de PKN 907 : sans son chanteur et parolier, difficile de continuer le groupe…

Vous pouvez retrouver, en plus de la mascotte de PKN907, certains de mes autres dessins sur RedBubble (je travaille à la remplir, notamment en ajoutant d’autres versions de ces dessins).

Chapitre 9 : PKN907 – Partie I

10/1996 – 21/06/1998 : PKN 907 (Rock)

Il se trouve que, après que j’ai quitté Sympathy, un ami de longue date, Chris, m’a rappelé qu’on avait pour projet de monter une formation ensemble.
On en avait pas mal parlé depuis plusieurs années, mais j’étais toujours occupé avec 2-3 groupes en même temps.
Du coup, là, j’ai du temps, et Stéphane est OK pour prendre en charge un nouveau groupe en plus de NightSpirits.
On rencontre alors Bruno, guitariste saltimbanque et choriste, qui nous amène JP, chanteur (et guitariste à ses heures perdues).

Et on a une influence commune, à savoir le dernier album de Noir Désir,« 666.667 Club », paru récemment. JP en est particulièrement fan, et, coïncidence, sa voix évoquait fortement celle de Bertrand Cantat.
Chacun des membres du groupe a cependant d’autres influences plus disparates, qui contribueront à ne pas faire de nous un Noir Désir bis.

Au sujet du nom du groupe : on a aligné plusieurs dizaines de propositions (dont certaines bien loufoques) jusqu’à ce que Harry, le labrador de Stéphane, vienne nous tenir compagnie. Sur une de ses oreilles était tatoué son numéro SPA : PKN 907. Adopté à l’unanimité comme nom de groupe, au point qu’on en a fait un morceau à part entière !

Quelques-unes des idées qu’on avait aligné…
On avait aussi relu les idées de NightSpirits, sans pour autant trouver un nom qui nous convenait.

Le processus de composition reste assez classique : l’un de nous arrive avec un riff de guitare ou une ligne de basse ou bien une mélodie pour JP, et on bâtit autour de tout ça, en même temps que JP écrit les paroles.
Ce qui fait qu’on arrive assez rapidement à 6-7 morceaux allant de la pop au rock plus ou moins musclé, complétés d’une paire de reprises de Noir Désir (Comme Elle Vient et L’Homme Pressé).

Comme Elle Vient (cover), au Confort Moderne

Un des morceaux les plus « prenants » était « Jouez ! », sur un riff de Chris, riff tellement puissant qu’on a créé le morceau autour. Les morceaux suivants (Discover, Marinero…) montreront qu’on commence à digérer nos influences et à affirmer notre propre style.

Au Café d’en Face pour Mardi Gras, en remplacement de NightSpirits.

On a donc pu commencer les concerts très rapidement.
28 janvier 1997, c’est le Café d’en Face, 3 mois après les débuts du groupe. Et on rempile début février, en remplacement de Nightspirits (cf chapitre 8) qui vient de se séparer.

En mai, un ami qui prend des cours de guitare à l’école de musique Syrinx (cf chapitre 5 : Closedown) nous propose de jouer au Confort Moderne : Syrinx y organise une soirée et un de leurs groupes n’est pas prêt, ce qu’il fait qu’il y a un créneau de 45 minutes de libre.
Ca nous met un peu la pression : jouer dans la grande salle du Confort n’est pas donné à tout le monde et nous n’avons que 7 mois de formation et 3-4 concerts derrière nous.
Au final, tout s’est très bien passé et on a évidemment signé le mur des loges du nom du groupe, comme tous ceux qui nous avaient précédé.
Le seul incident, c’est que Bruno a réussi à casser 3 cordes de sa guitare en moins de 45 minutes (il a donc fini désaccordé et avec seulement 3 cordes, n’ayant pas de guitare de rechange) !

PKN907 prend la pose dans les loges du Confort Moderne.

Le 1er juin, on retrouve les Fralés, un groupe de Syrinx assez déjanté et les jazzeux de Good Gift pour un concert à la base de loisirs de Saint-Cyr, en soutien de l’association Un hôpital pour les enfants.
Il fait un vent à décorner les bœufs, la scène est grande, mais pas abritée, et la sono se résume à 2 pauvres enceintes de 150-200 W.

On note que lme journaliste s’est un peu mélangé les pinceaux, puisqu’il nous place dans la catégorie “jazz-rock” 😀

Devant ces conditions spartiates, Chris refuse purement et simplement de jouer.
Donc, réunion de crise en urgence avec le reste du groupe, en triant les morceaux qu’on peut jouer sans lui, Bruno et moi improvisant quelques chorus comme on peut pour remplacer les soli.

On démarre donc en quatuor, jusqu’à ce qu’on arrive à « Jouez ! », pour lequel on a absolument besoin de Chris,.
JP s’adresse alors au public : « On a besoin de notre guitariste solo, vous voulez bien l’appeler avec nous ? »
Et les quelques 200 personnes présentes de crier « Chris, Chris » pendant plusieurs minutes… jusqu’à ce que, finalement, l’intéressé daigne nous rejoindre sur scène.
Pour se venger, il entame « Jouez ! » à un tempo infernal !

Chapitre 8 : Nightspirits

02/1996 – 11/02/1997 : Night Spirits (Hard FM)

Je connaissais Eric et Kiki depuis le lycée, mais je n’ai découvert qu’il y a quelques mois le talent de Kiki à la gratte (cf chapitre 7). Et, en ce soir de février 96, j’apprends qu’Eric jouait de l’orgue d’église il y a une dizaine d’années.

Hommage à Satriani par Christophe “Kiki”

On s’essaie donc à jouer ensemble, en trio gratte/clavier/basse, avec la BAR (boîte à rythmes) du synthé en guise de batteur et le résultat nous plaît assez pour envisager de monter notre propre groupe. On a entre autres jeté les bases de ce qui deviendra “Humphrey” plus tard.

Humphrey tire son nom d’une blague stupide : M. et Mme Biensucer ont un fils ?

Je rameute Stéphane (chapitre 7 également) à la batterie et une amie d’amie nous amène Anne-Bérangère, dite « BB », au chant. Elle manquait d’expérience, du haut de ses 18 ans (nous en avions entre 23 et 25), mais elle était pleine de bonne volonté.

Frontal, chanson basée sur un jeu à boire…

On commence donc les répètes, chez Stéphane quand il fait trop chaud ou trop froid dans le préfabriqué de l’oncle de Kiki (cf Chapitre 7), gentiment soutenus par notre équipe de fêtards d’alors (une dizaine de personnes se connaissant depuis le lycée ou la fac). L’un d’eux, Yannick, s’est occupé de nous fournir la majorité des textes, basés sur des faits réels (Frontal, Cocktail Cimetière), une affiche qui ornait un des murs de mon appart’ (Cat out of hell) ou encore une blague stupide (Humphrey).

Les paroles de Frontal, reproduites avec l’aimable autorisation de Yannick.

On passe l’épreuve du feu (première scène) à la Fête de la Musique, puis 2 jours après pour une fête privée d’une quarantaine de personnes (la tête d’affiche est mon autre groupe Sympathy), où le public ne prête qu’une oreille discrète à nos premières performances, mais l’expérience de jouer en public a beaucoup plu aux “novices” du groupe.

The Cat Out Of Hell, poster d’une oeuvre de Danny Flynn, qui a inspiré le morceau éponyme.

Au cours de l’été, Cyril, un de nos fêtards, rejoint le groupe comme guitariste rythmique.
Notre concert suivant est aussi en première partie de Sympathy, en octobre au Mik’Ado de Beaulieu. C’est également mon dernier concert avec Sympathy.

Les paroles de Cocktail Cimetière, merci à Yannick, qui a écrit la plupart des textes du groupe.

Les membres de NightSpirits sont un peu stressés (voire très stressés pour certains). On prend donc l’apéro sur le parking, histoire de se détendre un peu et… le concert se passe sans problème, si je me rappelle bien. Mais ce sera le dernier, même si on ne le sait pas encore.

Un autre concert est en effet prévu au Café d’en Face pour Mardi Gras en février, mais le groupe a implosé deux semaines avant en raison de diverses tensions, qui ont culminé lors d’une soirée dans un bar de Poitiers. Il faut dire que je prenais la musique sans doute trop au sérieux à l’époque, alors que le reste du groupe voyait ça comme un agréable loisir. Du coup, j’ai bien peur d’avoir été l’artisan involontaire de la fin de NightSpirits.

Curieusement, le groupe de fêtards, lui, a survécu à cette parenthèse musicale 😀

Chapitre 7 – Les groupes éphémères 1

En parallèle de Sympathy et Closedown, j’ai monté plusieurs side-projects avec d’autres musiciens. Ces groupe ont duré de 1 à 3 mois, rarement plus longtemps, mais ont parfois été à la base de formations plus « consistantes » par la suite, au gré des rencontres et des goûts musicaux.

Yog Sothtoh #1

06/1995 – 06/1995 : Yog Sothoth #1 (Thrash FM)

Cette première version de Yog Sothoth se compose de Pablo (de Closedown) à la batterie, JC (de Sympathy) au chant et Christophe « Kiki », un ami du lycée dont j’ai découvert qu’il se débrouillait bien à la gratte électrique. Fan de Satriani et Metallica, il repiquait quelques-uns de leurs plans et soli avec une belle maîtrise.
En plus de ça, son oncle mettait à notre disposition une salle de répète, sous forme d’un bâtiment en préfabriqué en banlieue de Poitiers, dont le seul défaut, en été, était de devenir une véritable étuve, faute de climatisation. Et un frigo en hiver pour la même raison.

Ce combo n’a duré que 3-4 semaines, avec 3 compos à la clé, JC et Pablo étant trop investis dans leurs groupes respectifs. Et puis, le courant ne passait pas très bien entre Kiki, métalleux pur et dur, et JC, plus jeune et plus punk/noisy.

Darshaan

06/1995 – 08/1995 : Darshaan (Pop acoustico-électrique)

C’est une copine, Sophie, qui prenait des cours de guitare à Syrinx, qui m’a proposé de créer cette formation, avec Vincent, batteur des Fralés (autre groupe de Syrinx avec lesquels on a partagé la scène une paire de fois par la suite) et Lili, une jeune marginale dotée d’une voix naturellement mélodieuse.

2-3 compos ont vu le jour, essentiellement pop-folk, genre de musique assez peu pratiqué par les ¾ du groupe (Les Fralés reprenaient à la sauce punk-rock des génériques TV, Sophie faisait plutôt du metal et j’évoluais à l’époque entre Closedown et Sympathy).

Là aussi, l’expérience n’a pas duré, en raison du peu de disponibilité de Vincent et du côté imprévisible de Lili, pas toujours facile à contacter.

Atmân

08/1995 – 11/1995 : Atmân (Pop Acoustique)

Exit Vincent, bonjour Julie, qui joue du djembé. Et Sophie a laissé tomber sa guitare électrique pour ce projet pour passer à l’acoustique. Il n’y a donc plus que moi qui joue d’un instrument électrique. J’aurais bien aimé passé à la basse acoustique ou carrément à la contrebasse (rêve réalisé 20 ans plus tard), mais pas le budget de mes ambitions.

L’essentiel du travail de composition avec cette formation s’est déroulé sur une dizaine de jours en août. Les parents de Sophie ayant mis à notre disposition leur résidence de campagne, à quelques dizaines de km de Poitiers, on a pu y composer sans contraintes pendant une partie des vacances d’été.

Après quoi, Lili disparût complètement de la circulation pendant plusieurs mois, entraînant de fait la fin du groupe.

Yog Sothtoh #2

11/1995 – 01/1996 : Yog Sothoth #2 (Thrash Metal)

Sachant que Sophie est surtout métalleuse à la base et se débrouille bien à la gratte, je me suis demandé ce que donnerait le duo Sophie/Kiki dans une nouvelle formation Metal.
Je trouve un batteur en la personne de Stéphane et c’est parti.

Quelques bonnes idées de compos sont au rendez-vous, mais le courant ne passe pas très bien entre les deux guitaristes, d’où un avortement prématuré du projet.

En revanche, Stéphane se révèle être un batteur de bon niveau, bien stylé rock. C’est donc à lui que j’ai pensé quelques semaines plus tard pour le projet suivant.

Chapitre 6 : Sympathy

02/1995 – 10/10/1996 : Sympathy (Punk Rock)

En parallèle de Closedown, en pleine période Nirvana, JC, un copain de mon frère BenJ, m’a proposé de monter un trio punk-rock. Il avait déjà un batteur, Thomas, qui assurait aussi les chœurs.
On a donc commencé à composer, essentiellement sur la base des riffs de JC, en répétant chez Thomas, dont le garage chauffé était largement assez spacieux.

On a eu assez rapidement un petit répertoire, augmenté d’une paire de reprises, le classique Purple Haze (Hendrix) et le moins classique Tourrete’s (Nirvana), on a donc pu commencer à chercher des concerts.
Et on a fait très fort pour le premier, puisqu’on a été sélectionné pour la scène ouverte du Printemps de Bourges 1995.
Seul problème : Thomas n’avait pas pu venir, ses parents veillant à ce que la musique ne prenne pas le pas sur les études. Du coup, c’est Pablo qui a assuré la batterie, puisque Closedown était aussi à Bourges cette année-là.

Puis on a enchaîné : Fête de la Musique, Confort Moderne, Café d’en Face… Tout en continuant à composer. Le rythme de composition de JC était assez rapide, mais les morceaux étaient souvent basiques (et rapides eux aussi), En même temps, c’est aussi le style qui veut ça !
Je leur ai proposé au passge le riff qui a servi de base à Face (de Closedown), qui est devenu «Wake Up » 🙂

Au Confort Moderne, JC et Thomas, alors qu’on prenait un verre avant de jouer, histoire de ne pas trop avoir le trac, se sont pointés avec les cheveux teintés en vert (JC) et bleu (Thomas). Devant mon refus de les imiter, ils m’ont chopé pour passer ma chevelure aux teintures jaune et verte !
En descendant de scène, après le dernier rappel, j’entends un « clang » : la partie supérieure de la mécanique de Sol de ma basse venait de céder et de tomber sur une cymbale !
J’ai donc dû remplacer les mécaniques* Yamaha de ma basse (tout le reste est d’origine) par des Gotoh, les Yamaha étant très chères et difficilement trouvables à Poitiers en 1995.

On a également profité du garage de Thomas pour enregistrer une maquette 6 titres, 4 étant enregistrés sur place et 2 provenant d’un enregistrement sur la console façade** du Confort Moderne.

Au cours des mois suivants, JC et Thomas veulent travailler un côté plus « noisy/hardcore », alors que j’aspire plutôt à un rock plus subtil, moins bourrin et plus mélodique.
On décide alors ensemble de se séparer après un dernier concert qui aura lieu au Mik’Ado à Beaulieu. Et en première partie, ce sera mon autre groupe NightSpirits, monté en février 96, qui fera son premier concert officiel.

Nous sommes cependant restés en bons termes. Je les ai d’ailleurs invités sur plusieurs évènements et concerts que j’ai organisé par la suite, puisque, désormais en quatuor, ils ont continué à jouer et ont enregistré plusieurs démos, au moins jusqu’au tout début des années 2000.
Leur ancien site Web est d’ailleurs toujours en ligne.

Notes pour les non-musiciens :
* Les mécaniques d’accordage sont situées sur la tête d’un instrument à cordes

Mécaniques d’accordage sur une guitare les clés (partie supérieure) se tournent pour accorder l’instrument.

** Lors de la plupart des concerts il y a une table de mixage (console) pour les enceintes en face du public (façade) et une autre pour les retours (enceintes sur scène pour les musiciens), Le son de la console retours est différent de la façade puisque chaque musicien voudra entendre certains instruments plus que d’autres. Exemple : en tant que bassiste, j’ai besoin d’entendre surtout la batterie (pour le rythme) et la voix. Les guitares (rythmique et solo) seront alors en retrait sur mon retour.

Chapitre 5 : Closedown – Partie III (et fin)

Notes :
1) Les choix artistiques concernant les clips sont les miens, d’après l’ambiance dégagée par chaque morceau et la vision que j’en avais.
2) Concernant le paragraphe ci-dessous, je ne sais plus très bien, en fait, si c’est Face ou Alone qui a été composée en premier. Ce qui est sûr, c’est que ces deux morceaux ne ressemblaient absolument pas au reste de notre répertoire.

Durant l’automne 95, nous nous rendons compte que notre dernier morceau, Alone, n’a vraiment rien à voir avec le reste de notre répertoire.

On a l’impression que le groupe arrive à une sorte de maturité après avoir assimilé ses influences.
Nous décidons de repartir de zéro dans cette nouvelle direction (on a mis plus de 15 morceaux originaux à la poubelle au passage).
On conserve cependant les anciens morceaux temporairement pour assurer les concerts.
A la même époque, je soumets au groupe une ligne de basse qui me semble intéressante, mais Elric trouve qu’elle ressemble trop à celle d’un groupe connu (je ne me rappelle plus aujourd’hui du morceau en question).
Nous la retravaillons ensemble et elle aboutit au morceau Face, qui figurera sur la maquette finale.

Mais je garde le riff initial, il resservira à plusieurs occasions.

En décembre, on décide de participer au Téléthon : la mairie nous met à disposition une scène sur la Place d’Armes, avec sono et tente chauffée.
Du moins, c’est ce qu’ils disent.
Je soumets également l’idée à Sympathy, ce qui fait qu’on se partagera la scène, alternant 1 heure de Closedown, 1 heure de Sympathy, chaque groupe jouant 3 heures le samedi et 3 heures le dimanche (soit 12 heures sur le WE pour ma pomme, vu que je suis bassiste dans les deux formations).

Le samedi, on se pointe pour découvrir une scène à peine assez grande pour un groupe avec son matériel, 2 pauvres enceintes de 200 W qui suffiront pour le chant… et aucun abri chauffé.
On se lance quand même, sous un ciel couvert, par -2 °C : il y avait du givre sur les cordes de nos instruments. Cela dit, après 10 minutes de jeu, ça pouvait aller, impression de chaleur renforcée par la bouteille de whisky qui passait de l’un à l’autre entre les morceaux.

Enfin, le dimanche vers 18h, on remballe tout notre matériel. Voyant cela, les pompiers, qui avaient installé une permanence juste à côté, nous proposent de prendre l’apéro avec eux.
Je ne sais plus à quelle heure et dans quel état on est rentrés, mais aucun de nous n’était plus vraiment sobre !

Au cours des premiers mois de 1996, on peaufine nos nouvelles compos en vue d’enregistrer une nouvelle maquette qu’on enverra aux maisons de disques en espérant une réponse positive.
C’est au cours du mois de mai qu’on va squatter, 3 jours durant, une des salles de répètes du Confort Moderne (on ne répète plus à Syrinx depuis quelques mois).
Cette fois-ci, on a fait les choses en grand : location d’une console de mixage digne de ce nom et Elric nous fournit les micros : il a commencé à s’équiper pour sa future activité d’ingénieur du son.

A raison de neuf heures par jour, pendant ces 3 jours, non seulement on enregistre plusieurs versions de chacun des 5 nouveaux morceaux, mais on trouve le moyen d’en composer un 6ème, The End?, pas tout-à-fait au point, mais qui est bien dans la ligne du reste, ce qui fait que, malgré les quelques erreurs et sa durée très limitée, on l’inclut quand même dans la maquette.

Après quoi Elric s’est attaqué au travail de post-production pour nettoyer tout ça, sélectionner les meilleures versions de chaque morceau, puis rassembler le tout sur des K7 de qualité.
Pendant ce temps, Phil et moi planchions sur la lettre qui allait accompagner chaque K7 à destination des maisons de disques. Notre copain Xavier (voir chapitre 1 : Les Ganjas) a réalisé également plusieurs essais de jaquette, utilisant pour cela ma basse, du papier alu et diverses sources de lumière.
Et à la fin de l’été, nous disposions enfin du produit final.

Oui, il faudrait que je nettoie ma basse…
Brouillon de la bio qui accompagnait les K7, rédigé par Phil et annoté par mes soins.
On note que The End? n’était pas encore sur la liste des morceaux.

Pour la Fête de la Musique, notre lieu habituel n’étant plus disponible (on s’y est pris trop tard pour réserver l’emplacement de La Royale), on a opté pour plusieurs concerts dans les lieux différents dont certains en commun avec Sympathy, mon autre formation (cf chapitre suivant).
Par contre, côté logistique, c’était une autre paire de manches, même si nous étions motorisés, puisque nous trimballions le matériel d’un endroit à un autre à chaque fois.

Un autre évènement marquant a eu lieu cet été 1996 : Phil s’est marié.
Je crois que c’est aussi cela qui, dans une certaine mesure, a signé la fin du groupe : Phil, étudiant sans grand succès depuis plusieurs années, avait pris la décision de s’engager dans la gendarmerie et donc d’abandonner la musique, puisqu’il ne savait pas où il serait affecté, ni s’il aurait assez de temps libre. Sauf, bien entendu, si nous recevions une réponse positive d’une maison de disques !

De fait, il y a eu peu de répètes et pas de concerts lors des derniers mois de cette année. Il y a eu par contre les réponses des maisons de disques : toutes négatives.
Si bien qu’en mars 1997, on s’est retrouvés attablés à l’Indian’s Café, à Poitiers, à l’initiative de Phil, qui nous a annoncé ce qu’on savait déjà, à savoir qu’il quittait le groupe et la musique.

On avait bien entendu envisagé de continuer sans lui, mais ce n’était pas possible : outre le fait qu’il était un compositeur prolifique, il était d’une certaine façon l’âme du groupe.
Ca a été un coup dur pour tout le monde, encore plus pour Pablo, qui se retrouvait sans groupe, les Chester Players s’étant séparés quelques mois plus tôt.
Elric avait monté plusieurs mois auparavant Stay Wasted, un groupe punk-rock.
Quant à moi, si je n’avais plus Sympathy (cf chapitre suivant), j’avais NightSpirits, un groupe de pop-rock et j’étais en train de monter PKN907, une formation rock avec un bon potentiel.

A noter qu’aujourd’hui encore, nous restons très fiers du travail accompli avec Closedown, on en parle de temps en temps sur Facebook avec Elric, Pablo et quelques autres amis musiciens de l’époque.
Closedown est resté une étape majeure dans la vie musicale de chacun des membres du groupe.

Chapitre 5 : Closedown#2 – Partie II

Au printemps 1994, je fais mes études à l’IUT de Bourges, et j’en profite pour proposer, pour les 20 ans de l’IUT, les groupes poitevins Closedown (qui s’appelait alors Yog-Sothoth), The Chesterplayers (ex-Chess Players, avec Pablo à la batterie) et Stay Wasted, le second groupe d’Elric.
Et le jeudi 5 mai au soir, la cafèt de la Cité U, bondée, résonne des heures durant de la musique des 3 groupes.

Dessin réalisé pour l’occasion, scan du fanzine de l’IUT dans lequel je dessinais régulièrement.
Live à la cafèt’ de l’IUT, mai 1994, Bourges

Juin 1994 : Fête de la Musique, toujours devant la pizzéria La Royale. Là aussi, 200-250 personnes attroupées au plus fort de la soirée, qui prendra fin vers 1h30, à la demande amicale de la police (si, si, ils ont été sympas).

Eté 94 : avec l’aide d’Aurélien, un des copains qui assistent parfois aux répètes, on décide d’enregistrer une maquette de la meilleure qualité possible avec nos faibles moyens.
Aller en studio étant hors de budget, Aurélien nous trouve une salle où on pourra installer tout le matériel et s’enregistrer pendant plusieurs jours.
On a récupéré auprès des potes musiciens tout un tas de micros de qualité variable (souvent bas de gamme) et Elric (qui ouvrira quelques années plus tard son propre studio et s’intéresse déjà à la prise de son et au mixage) s’occupe de répartir tout ça entre les éléments dont nous disposons, à savoir une « mixette » 6 pistes (1 volume/piste, volume et tonalité générale) et une mini-console 4 pistes, ce qui fait un total de 9 pistes, puisqu’il faudra envoyer la mixette dans la 4 pistes.

Si mes souvenirs sont bons, on avait 5 micros pour la batterie, 1 pour la basse, le tout envoyé sur la mixette, dont les 3 pistes restantes étaient pour les 2 guitares et le chant.
On enregistrait le résultat sur cassette DAT, dont Aurélien nous faisait des sorties sur K7 audio.
Là encore, la qualité est largement perfectible.

Une énième version de Sophistication (j’ai arrêté de compter après la 12ème version…)

Courant 95, on enchaîne plusieurs petits concerts sur Poitiers : Caveau sous Blossac, Café d’en Face, Boléro…

Live au Caveau sous Blossac (Poitiers, 1994)

Au printemps 95, on repart pour le Printemps de Bourges : il y a des emplacements libres pour les musiciens qui le souhaitent, fournis par la mairie. Je ne me rappelle plus aujourd’hui comment on s’était arrangés pour l’hébergement, mais je sais qu’on s’inquiétait, le samedi midi, de ne pas avoir des nouvelles de Phil et de son frère, arrivés la veille comme nous.
On les a récupérés dans un état assez lamentable, après une nuit blanche passé à boire de la tequila avec des inconnus rencontrés par hasard.
Inutile de dire que ça n’a pas été une prestation mémorable !

On enchaîne quelques semaines après en apéro-concert au Confort Moderne. Les apéro-concerts se déroulaient en fin d’après-midi/début de soirée dans la salle du bar, avec juste quelques spots et une petite sono, les conditions minimales pour jouer.
Cette fois-ci, Phil est en avance, Par contre, Elric est en retard. L’heure avance et on doit commencer les balances, mais toujours pas d’Elric.
On finit juste d’installer notre matériel, quand il débarque enfin, arborant une chevelure rouge vif (c’était plutôt rare à l’époque) !

Il balance sa veste en jean au hasard derrière la scène et nous rejoint pour finir les balances.
On attaque notre set-list, puis, au cours du troisième morceau, voyant de la fumée se répandre sur scène, on se dit qu’ils ont finalement mis en marche une machine à fumée.
C’est là qu’on voit 2 gars se ruer backstage avec un extincteur…

En fait, la veste d’Elric avait atterri sur un spot de 1000 W. Et ça, ça chauffe beaucoup !
Il en a été quitte pour récupérer sa veste avec un trou d’une trentaine de centimètres dans le dos.

Pour ce concert, j’avais emprunté à un copain son ampli (le même que le mien), pour disposer de plus de puissance. Mais à la fin d’un morceau, une personne du public me lance « Hey, le bassiste, y a ton ampli qui s’est cassé la gueule ! ».
De fait, en raison des vibrations de la scène, l’ampli de mon pote a chuté d’un bon mètre.
Je m’étais engagé à payer les réparations si nécessaire, mais après quelques tests, il m’a assuré que curieusement, son ampli fonctionnait encore mieux qu’avant !

Juin 1995 : pour cette troisième Fête de la Musique, on est encore à la Royale. Mais c’est un peu plus compliqué pour moi cette fois-ci, puisque j’ai rejoint en février un trio punk-rock du nom de Sympathy, avec qui on joue Place Charles VII dans l’après-midi.

Ce n’est que vers 18h que je remballe mon matos pour rejoindre la pizzéria La Royale, Place du Marché, où Pablo et Elric ont commencé à s’installer. Pas de trace de Phil, qui était en vacances avec des potes. Il finit par pointer son nez à 18h30 en tenue de plage dans une voiture bondée et nous lance qu’il file se changer et prendre son matériel.

Ce sera notre dernière Fête de la Musique avec La Royale : en 1996, on s’y est pris trop tard pour réserver l’emplacement et un autre groupe nous avait devancé.

Chapitre 5 : Closedown#2 – Partie I

20/06/1993 – 25/03/1997 : Closedown #2 (Cold Wave Rock)

Notes :
– Ce chapitre étant plutôt long (il couvre quasiment 4 ans !), je l’ai découpé en 3 parties correspondant à l’évolution du groupe.
Avant de trouver son nom définitif, le groupe a joué sous les noms de Yog-Sothoth, Blow Your Mind et Clever Pigs. Ce n’est qu’en 1995 que nous avons opté pour Closedown, du nom d’un morceau de The Cure.
On trouvera donc parfois mention de l’un ou l’autre de ces noms.

C’est donc durant la journée du 20 juin 1993 que le line-up définitif de Closedown répète pour la première fois, toujours à Syrinx et met au point 5 morceaux complets plus les ébauches d’un 6ème, 2 morceaux étant signés par Elric.
Ce dernier est un bon atout pour le groupe, il apporte une énergie et un sens de la mélodie qui nous faisait jusqu’alors défaut. Autre point positif (pour moi) : il joue rarement en son clair 😀

L’alchimie fonctionne bien, malgré nos influences et personnalités diverses, puisqu’à l’époque, les profils étaient les suivants :
Phil : cold wave, punk
Manu : hard rock 80’s/90’s, cold wave
Pablo : rock 70’s, hard rock, blues (il ajoutera le thrash et le metal par la suite)
Elric : punk, hardcore

Extrait de la première maquette : Exhibition

Note à propos de la maquette : on a fait comme on pouvait à l’époque, pour le son comme pour le graphisme. Donc, la jaquette (partie gauche de l’image. La partie droite est bien plus récente !) est créée via un logiciel genre Word (on est en 1993), imprimée via une imprimante 18 aiguilles (noir et blanc, forcément) sur du papier machine. Et oui, le groupe s’appelait Clever Pigs à l’époque.

Le 21 juin, nous nous installons à côté de la pizzéria La Royale, Place du Marché. La pizzéria nous fournit courant, pizzas et boissons en échange de l’animation. Et ça fonctionne très bien, au point que les voitures peinent à circuler, tellement le public est dense.
A 17 heures, Pablo et moi nous absentons 1 heure pour honorer le concert des Chess Players, puis revenons pour continuer avec Closedown le reste de la soirée.

19 juin 1993 avec les Chess Players

Vers 22 heures, le gérant de la pizzéria évalue la foule à environ 150-200 personnes, mais doit fermer.

Il nous laisse le choix entre nous arrêter et aller finir la soirée avec lui et son équipe, (pizzas à gogo) ou nous laisser le courant pour continuer à jouer, cette dernière proposition étant largement approuvée par le groupe (et le public).

21 juin 1993 à côté de la pizzéria La Royale, Place du Marché à Poitiers. Elric est sur la droite (cf photo ci-dessous).
On a pas encore les bons réflexes de scène : on tourne le dos au public !

C’est donc à 2 heures du matin, à moitié sourds, épuisés et les doigts en sang que nous décidons de plier bagages.

A la rentrée 1993, on reprend nos répètes hebdomadaires dans les locaux de l’école de musique Syrinx, dans le but d’étoffer notre répertoire.

A ce sujet, nous étions présents, Phil et moi, à la rentrée officielle de Syrinx. Il discute avec un gars qui semble s’intéresser au fait qu’on vienne régulièrement répéter ici alors qu’il ne nous a jamais vu.
Phil lui répond qu’on ne s’est jamais inscrits et qu’on vient donc en douce, mais « il ne faut évidemment le dire à personne. »
Le gars lui répond : « Permettez-moi de me présenter : je suis le directeur de Syrinx ! »
Heureusement, il a été sympa et nous a juste demandé de payer la cotisation de 300 Francs pour pouvoir bénéficier des salles. Ce qu’on a fait volontiers cette année-là. Les années suivantes, par contre, on a « un peu oublié »…

2ème extrait de la maquette : Another Day

En novembre, on dispose déjà d’une dizaine de morceaux complets.
On a enregistré un semblant de maquette avec les moyens du bord (prise directe sur le magnétophone…) pour pouvoir essayer de trouver des concerts.
On expérimente un peu aussi, avec une parodie punk-rock de l’Île aux enfants, un morceau un peu typé “indus”, un autre genre techno-rock… Tous ces morceaux partiront à la poubelle à la maquette suivante (mais je les ai encore sur disque dur :D).

En novembre également, on se fait inviter, un peu par hasard, dans ce qu’on nous présente comme un « festival metal » dans une auberge paumée de la campagne poitevine.
On entasse donc matériel et musiciens dans la 205 de Phil et la Citroën Visa d’Elric… Et on se perd évidemment.
Phil et moi nous arrêtons à un croisement pour faire le point. Elric et Pablo, qui nous suivent de près, se font surprendre et manquent d’emplafonner la 205, à l’arrière de laquelle étaient toutes les guitares…

On arrive finalement au lieu prévu, pour se rendre compte qu’on passera en première partie de 2 groupes de métalleux dans la quarantaine.
Mais il y avait une bonne ambiance tout de même entre tous ces musiciens, y compris pendant le dîner pré-concert.

Cependant, on ne peut pas dire que ça ait été une prestation d’anthologie :
12 personnes au début de notre prestation, 2 à la fin, dont une jeune femme ivre qui a passé 40 minutes à répéter à Phil « Elle est belle, ta guitare » (et de surcroit toute neuve : il venait de s’acheter une Epiphone Les Paul pour remplacer sa Stanbury).

En avril, Radio Pulsar, une radio locale, nous interviewe en soirée. Au cours de l’heure d’émission, l’animateur passera 3 de nos morceaux sur les ondes ainsi que quelques morceaux des groupes qui nous ont influencés.

Il reçoit au cours de l’interview une dépêche de l’AFP qui annonce la mort de Kurt Cobain, le leader de Nirvana. Dans le studio, personne n’ose y croire… et pourtant, il faudra se rendre à l’évidence. On a probablement été, à notre insu, parmi les premières personnes en France à apprendre la nouvelle.
L’animateur conclut l’interview sur un dernier morceau de notre groupe et termine par « Voilà, c’était [nom du morceau], extrait du premier album de Yog-Sothoth*, disponible chez tous les disquaires de Poitiers. »
On n’a même pas eu le temps de lui faire rectifier, vu qu’on avait pas encore enregistré d’album, qu’on était déjà hors-antenne.
Si bien qu’en revenant à la salle de répète ce soir-là, où nous attendaient quelques potes qui avaient écouté l’interview, tout le monde nous a demandé où on pouvait trouver notre album !

3ème extrait : Sky’s Sale

Notes :
je dois avoir une copie K7 de l’interview en question, mais je ne l’ai pas encore numérisée. Je ne sais donc plus quels sont les morceaux qui sont passés à l’antenne.
D’autre part, je peux ajouter d’autres morceaux de cette première maquette si ça en intéresse certain(e)s.

Chapitre 4 : The Chess Players

09/1992 – 21/06/1993 : The Chess Players (Reprises rock : Neil Young, Led Zepplin, Frank Zappa…)

Ayant trouvé un local de répète (les salles de l’école de musique Syrinx, je ne sais d’ailleurs plus à quelle occasion, puisqu’aucun de nous n’y était inscrit), on travaille donc plusieurs reprises, au point que finalement seuls 2 de nos morceaux originaux (Sophistication et Les mouettes*) sont conservés.

* Note : Les mouettes, c’est le surnom donné par Phil à un son que j’obtenais en combinant un larsen (ce sifflement aigu lorsqu’un micro est trop près des enceintes : je collais ma basse contre l’ampli pour cela) et deux effets de mon pédalier Korg A5 (flanger et delay).
J’ai d’ailleurs réutilisé ce son dans deux autres formations, Sympathy et PKN 907, souvent en guise d’intro et/ou de fin de morceau.

Les mouettes, une des deux seules compos du groupe à l’époque. C’est une version instrumentale.

Puis Manu (le guitariste) ramène son frangin Thierry pour assurer les chœurs, voire le chant/les hurlements, puis un saxophoniste, puis un gratteux blues…
Au cours des mois, du sympathique quatuor d’origine, il ne reste plus grand-chose, on est désormais 7-8 à jouer chaque week-end, à Syrinx, dont les locaux sont déserts en fin de semaine. On a également souvent un public disparate qui assiste aux répètes (des potes de Manu le gratteux essentiellement et parfois Elric, l’ami de Pablo, qui semble apprécier ce qu’on joue).

A l’approche de la Fête de la Musique, nous constatons que Phil assiste de moins en moins aux répètes et qu’il n’a pas l’air très motivé, ce qui est quand même inhabituel…
Manu le gratteux nous annonce cependant avoir obtenu 2 créneaux pour jouer sur le podium du bar Le Pilori, les 19 et 21 juin.

Reprise de Hey hey, my my (Neil Young)

A la mi-juin, après une ultime répète (où Phil était heureusement présent), après le départ des autres musiciens, nous discutons tous les trois. Pablo et moi faisons part à Phil de nos doutes quant à sa motivation, quand il nous explique que Manu le gratteux, depuis plusieurs semaines, lui dit que le reste du groupe préfère faire des reprises et que le niveau de Phil à la guitare commence à poser des problèmes. Ce qui est un pur tissu de mensonges !

Nous arrivons à la même conclusion, à savoir que Manu le gratteux souhaite ne garder que la section rythmique (basse/batterie) pour son groupe de reprises en virant Phil au passage. Logique, dans la mesure où il nous rebat les oreilles d’un groupe de reprises depuis plusieurs mois.
Manu le gratteux nous confirmera tout cela lors d’une mise au point quelques jours plus tard.

Pablo et moi prenons la mouche et décidons illico de reprendre la formation initiale en trio, avec Phil. C’est à ce moment-là que Pablo propose qu’Elric se joigne à nous : il est bon guitariste, compose également et aime bien ce qu’il a entendu des compos de Phil. Et puis Septembre Noir s’est dissous quelques temps auparavant et il est donc disponible.

Après quelques explications avec Manu le gratteux, Pablo et moi calmons un peu le jeu et décidons, en guise d’adieu, de jouer avec les Chess Players pour les dates prévues, ce qui nous obligera, le 21 juin, à interrompre la prestation de Closedown, le temps d’aller jouer sur la scène du Pilori.
Pablo restera finalement jouer avec les Chess Players en complément de Closedown pendant quelques années.

Chapitre 3 : Closedown #1

04/1992 – 09/1992 : Closedown #1 (Rock)
Note : le # suivi d’un chiffre indique la version du groupe, avec au moins 1 musicien en commun entre les deux line-ups.


Bien qu’assez court lui aussi, ce chapitre est d’une grande importance puisqu’il jette les bases de ce qui sera Closedown #2 par la suite.

Aux vacances de février, Phil me recontacte avec de nouvelles idées de morceaux très abouties (dont de nouvelles versions de Sophistication et Ornière), qui nous donne envie de tenter de mettre sur pied un nouveau groupe.
Or, mon ami Arnaud (celui des Pyrénées), également saxophoniste, m’a parlé à quelques reprises d’un pote de son lycée, batteur de son état, un vrai « fou furieux » selon ses propres termes.

Aux vacances de Pâques, nous faisons donc la connaissance de Pablo. On s’enferme 3 jours chez mes parents (qui sont partis en vacances) pour voir ce qu’on peut faire ensemble.
Pablo a de l’énergie, place des breaks différents toutes les 4 ou 8 mesures, ce qui nous impressionne beaucoup, notre expérience des batteurs se limitant aux BAR et à Philippe et son jeu académique !
De son côté, il nous confie apprécier la variété des parties de guitare et basse et la (relative) complexité des compos.
On accouche donc de 4 morceaux assez basiques (sans intro, outro ou coda/break), dont une nouvelle version de Sophistication, pendant ce long week-end.

Version instrumentale de Sophistication.

Précision sur les vidéos : j’avais préparé un montage sympa pour aller avec la musique, mais mon logiciel plante systématiquement. Je soupçonne mon ordinateur d’être à la peine. Mais la nouvelle bécane arrive ce week-end, je devrais donc pouvoir refaire des montages vidéos (toujours plus sympa avec des images qui bougent :p ).

S’ensuivent plusieurs semaines sans répètes : Phil est à la fac et a ses partiels de fin d’année, je révise pour le bac et Pablo également.
Arrive alors le 21 juin.

Il se trouve que Pablo tient également la batterie dans un combo du nom de Septembre Noir (où officie un certain Elric à la guitare solo) et il nous propose de partager leur emplacement Place du Marché. C’est l’avant-veille du bac, mais qu’importe, je réviserai plus tard !

On a donc assuré notre toute première fête de la musique et première prestation live qui nous a donné envie de recommencer au plus vite, malgré un public assez clairsemé en  raison de la pluie battante qui a duré toute la journée.

Mais durant l’été, peu d’occasions de répéter, les uns et les autres étant en vacances avec leurs parents ou des amis…

C’est en septembre, à la rentrée, que Phil nous présente un autre Manu, guitariste, qui aime bien les morceaux de Phil, mais pense qu’on devrait aussi faire des reprises pour progresser…

« Older posts

© 2020 Galfi

Theme by Anders NorenUp ↑