Planche #22 – Et encore une histoire de sardines

Avec ce nouvel oubli, on il ne nous reste que 4 sardines…

… du coup, Raphaël se met en quête de sardines. Sauf qu’on est entourés d’Espagnols et qu’il ne parle pas un mot de cette langue !

Planche 22 BD PyrénéesA part la dernière case, tout le reste est authentique.
Par rapport à l’ancienne version, j’ai conservé l’expression de Rapha en case 4, mais tout le reste a été corrigé côté dessin. C’est également la toute première planche numérique, mais le trait était trop hésitant, d’où ma décision de la refaire.

A partir de maintenant, aucune planche ne sera refondue en intégralité, je me contenterais de rectifier les détails (décors, positions, etc…).

L’ancienne version :

Planche #21 – Des histoires de pet, de semoule et de sardines.

Si l’anecdote du pet est fictive, celle de la semoule est véridique…

… tout comme celle des sardines manquantes !

Planche 21 - BD PyrénéesLa tente qui explose est fortement inspirée de Tintin au Tibet, lorsque le capitaine Haddock éternue dans une petite tente, ce qui a pour effet de déchirer cette dernière (page 43) :
Tintin au Tibet - page 43

L’anecdote de la semoule a une explication simple : boîte de semoule en carton enfouie dans les vêtements dans un sac à dos dont le contenu est imbibé d’eau de pluie…
Et pour finir, oui, on a réellement oublié les sardines de la canadienne à la voiture ! C’était un petit peu décourageant, quand on est arrivés claqués au refuge avec comme seul projet de se poser enfin, de devoir nettoyer sac à dos et fringues et de se mettre en quête de sardines. Parce que, certes, on a bien logé à 4 avec nos sacs à dos dans la tente igloo, mais complètement tassés les uns sur les autres. Impossible d’imaginer passer une nuit dans ces conditions.

La version précédente de la planche ci-dessous :

———————

De nombreux détails ont été corrigés, entre la position de Manu en case 4, la déchirure de la tente (verticale et non horizontale)…

Planche #20 – Arrivée au refuge en Espagne

Nous parvenons enfin au refuge de Goriz, côté espagnol…

… sous la grêle, qui vient de remplacer la pluie. Du coup, on monte rapidement la tente igloo pour se mettre à l’abri, ayant constaté que le refuge affiche complet !

Planche 20 - BD PyrénéesLe refuge ressemble à ça par beau temps :

Refuge de Goriz
Source

Et ci-dessous, la version précédente, comme d’habitude.

—————–

Planche #19 – Difficile progression dans la montagne

On continue à avancer dans les montagnes…

…de plus en plus difficilement, d’autant plus que le refuge n’est toujours pas en vue.
La pluie redouble d’intensité, dissimulant les sentiers sous des torrents glacés, et la fatigue commence à se faire sérieusement sentir !

Planche 19 - BD PyrénéesAvec cette planche, le décalage atteint désormais 3 planches (la BD en comptera donc 75 au final).

C’est la seconde partie de la version initiale (ci-dessous)

————–

Planche #18 – Progression hasardeuse et risquée

On entame la progression vers le refuge de Goriz…

… toujours sous la pluie qui ne cesse de tomber.
Ce qui rend d’ailleurs les choses plus risquées : nos sacs-à-dos sont désormais gonflés de flotte et nous alourdissent encore.
Et on doit parfois escalader des rochers presque à la verticale…

Planche 18 - BD PyrénéesHeureusement, aucune chute n’a eu de conséquences graves (quelques contusions tout au plus) et sur le coup, on marchait à l’adrénaline.
Ce n’est que plus tard qu’on a réalisé que la situation était vraiment risquée et qu’on aurait pu y laisser notre peau.

La planche originale est ci-dessous pour référence.

—————-

Cette planche a été scindée en deux, c’est donc la première moitié qui a été refaite. Je voulais donner plus d’espace aux différentes cases, d’où le décalage.

Planche #17 – Refonte – Une planche de salut sous la pluie ?

Alors que nos sacs-à-dos s’imprègnent d’eau de pluie…

…Renaud aperçoit des gens sur le versant d’en face et Arnaud les appelle, histoire de voir s’il y a moyen de se tirer de cette situation.

Planche 17 - Une chance de salut sous la pluieEt en effet, ils vont au même endroit que nous. Reste que le chemin sera long et plutôt périlleux, avec nos sacs-à-dos alourdis par cette pluie qui n’en finit pas et sachant qu’on devra à plusieurs reprises se livrer aux joies de l’escalade à mains nues.

La version précédente de cette planche figure ci-dessous.

—————-

Planche 15 - BD Pyrénées

Une lueur d’espoir pour retrouver notre chemin ?

Planche #16 – Refonte – Perdus dans la montagne sous la pluie

On repart sous la pluie…

… et on réalise qu’on a dû se planter d’itinéraire quelque part, puisqu’au bout de plus de 2 heures de marche, nous ne sommes toujours pas arrivés au refuge de Goriz.
Et la carte ne nous aide pas, vu qu’on manque de points de repères. Quant à la pluie et l’orage, ils ont l’air partis pour durer.

Planche 16, sous la pluie - BD PyrénéesA ce moment, la situation commence à devenir problématique, puisque nos sacs à dos ne sont pas imperméables et le contenu se gorge donc d’eau de pluie au fur et à mesure… Quant à trouver un abri, c’est mission impossible, il n’y a que des rochers alentours…

La planche initiale est ci-dessous.

—————————-

Planche 14 - BD Pyrénées

Orages de montagne

Planche #15 – Refonte – Picnic et premier orage

On choisit finalement l’itinéraire à travers le pierrier…

L’histoire nous dira si c’était un bon choix.
En attendant, arrivés au bout du Plateau de Millaris, une étendue herbeuse nous invite à faire une nouvelle pause.

Planche 15 - Refonte - BD PyrénéesMalheureusement, la pause se termine assez rapidement en raison d’un premier orage assez violent, comme souvent en montagne.

Comme d’habitude, je laisse ci-dessous la planche initiale pour comparaison

Planche 13 - BD Pyrénées

On file tout droit ? On prend à gauche ? On file tout droit !


Planche #14 – Refonte – A la Brèche de Roland

Nous arrivons enfin à la Brèche de Roland…

…frontière naturelle entre la France et l’Espagne.
Mais le doute est de la partie : faut-il prendre à gauche ou tout droit, pour la suite de la randonnée  ?

Planche 14 (refonte) - BD PyrénéesLe Pas des Izards a l’air impressionnant comme ça, mais c’est un trajet assez court… ce dont on ne se rend pas compte lorsqu’on le regarde depuis la Brèche de Roland, puisque le sentier disparaît derrière un pan de falaise.
Le Plateau de Millaris est une étendue de roche nue et stérile (un pierrier), moins difficile en apparence.
Les deux possibilités nécessitent quand même de la prudence (comme toujours en montagne).

En photo, ça donne ça :

Brèche de Roland

Brèche de Roland. Source : Wikipedia

 

Pas des Izards

Pas des Izards (Source). On voit bien ici la chaîne à flanc de paroi (à ne pas lâcher, il y a un risque de chute réel) et les 20 cm de large pour poser ses pieds…

Plateau de Millaris

Plateau de Millaris (source).

Ci-dessous, la première version de cette planche (en fait, à cheval avec la précédente).

Planche 12 - BD Pyrénées

Arrivée à la Brèche de Roland.

Planche #13 – Refonte – Départ de randonnée

Début notre première randonnée à l’aube.

On part donc du Col de Tentes, direction la Brèche de Roland via le refuge des Sarradets.

Planche 13 - BD PyrénéesSi le début du trajet est facile (ancienne route asphaltée), ça se complique très rapidement et il nous faudra environ 2 heures pour gagner le refuge.
Concernant la présence ou l’absence du glacier, il apparaît que sur pas mal de photos récentes, la neige a disparu, la faute au réchauffement climatique, probablement.
Mais en 1992, la neige était bien là…

———————–

L’ancienne version figure ci-dessous :

Planche 11 - BD Pyrénées

Nuit sous la pluie et début de la randonnée.

« Older posts

© 2017 Galfi

Theme by Anders NorenUp ↑